Chronologie

P06095

Chronologie des évènements de la vie de Mary Baker Eddy

1820-1839

1821

Mary Baker Eddy naît à Bow, dans le New Hampshire, U.S.A.

Née dans une ferme à Bow, dans le New Hampshire, elle est la plus jeune des six enfants de Mark et Abigail Baker. Sa scolarité est interrompue par des périodes de maladie. Lorsqu’elle n’est pas à l’école, Mary lit et étudie pendant de longues heures à la maison. Depuis toute petite, elle écrit de la prose et de la poésie. Ses parents font souvent appel à l’aide de médecins pour guérir ses problèmes physiques, mais les traitements qui lui sont donnés ne lui procurent que des répits de courte durée.

1829

Mary Baker Eddy entend une voix qui l’appelle par son prénom. Cela se reproduit durant une période de douze mois.

1836

La famille Baker déménage dans une nouvelle ferme à Sanbornton Bridge (aujourd’hui Tilton), dans le New Hampshire.

1838

Elle devient membre de l’Eglise congrégationaliste de Sanbornton Bridge.

Elevée dans une famille aux convictions congrégationalistes fortes, Mary se rebelle très tôt contre la doctrine calviniste de la prédestination et elle se tourne fréquemment vers la Bible et la prière pour trouver de l’espoir et de l’inspiration.

1840-1849

1841

Son frère préféré, Albert Baker, décède.

1843

Mary Baker épouse George Washington Glover, âgé de 32 ans et entrepreneur en bâtiment, et elle part en bateau avec lui à destination de la ville de Charleston, en Caroline du Sud.

1844

Les Glover déménagent à Wilmington, en Caroline du Nord.

George Washington Glover décède. Mary Glover retourne dans la maison de ses parents et met au monde George W. Glover, son premier et unique enfant.

1846

Elle dirige une école expérimentale pour jeunes enfants à Sanbornton.

1849

Décès de sa mère, Abigail Ambrose Baker. Décès de John Harriman Bartlett, fiancé de Mary Glover.

1850-1859

1850

Son père, Mark Baker, épouse Elizabeth Patterson Duncan.

1851

La sœur de Mary, Abigail Tilton, lui propose de venir vivre dans sa maison, mais sans son fils George. George W. Glover est envoyé dans la famille Cheney à North Groton, dans le New Hampshire. Mary écrit un poème intitulé The Mother at Parting with her Child [La mère au moment d’être séparée de son enfant].

1853

Mary Glover épouse Daniel Patterson, dentiste et homéopathe, et déménage à Franklin dans le New Hampshire.

1855

Les Patterson déménagent à North Groton pour se rapprocher de son fils George.

1856

Les Cheney déménagent dans le Minnesota avec George W. Glover.

Mary a des nouvelles de Georges en 1861, puis n’a plus l’occasion de le voir jusqu’en 1879. Mary doit rester alitée la majeure partie des six années suivantes.

1860-1869

1861

George W. Glover s’enfuit pour s’enrôler dans l’Armée de l’Union.

1862

Daniel Patterson est capturé par des soldats confédérés alors qu’il se promène sur le champ de bataille à Bull Run. Il s’échappe l’automne suivant.

Abigail, la sœur de Mary, prend l’initiative d’envoyer Mary à l’Institut hydropathique de Vail, pour une période de près de trois mois.

Mary Patterson est préoccupée par sa santé et elle se bat contre des maladies chroniques qui l’accablent, maladies aggravées par des pertes personnelles. Elle recherche du soulagement au travers de nombreux traitements alternatifs de cette époque, comme le régime Graham et l’hydropathie (traitement au moyen de l’eau) car elle trouve que les traitements médicaux de cette période du XIXe siècle produisent des effets secondaires graves. Pendant les longues absences de Daniel Patterson, elle étudie attentivement l’homéopathie et essaie de comprendre pourquoi ce traitement s’évertue à diluer ses composants au point qu’ils disparaissent totalement du remède. Elle essaye des pilules non médicamenteuses (connues aujourd’hui sous le nom de placebos) et en conclut que la pensée du patient joue un rôle puissant dans le processus de guérison.

En même temps qu’elle explore de nouveaux remèdes, elle continue de rechercher du réconfort et de l’inspiration dans la Bible, toujours attirée par les récits de guérisons bibliques.

Mary consulte Phineas Quimby, un guérisseur.

En 1862, alors que la Guerre civile fait rage en Amérique, Mary Patterson demande l’aide de Phineas Quimby, un guérisseur à la mode, à Portland, dans l’Etat du Maine. Tout d’abord, sa santé s’améliore beaucoup avec les traitements de Quimby, traitements qui incluent à la fois de la suggestion mentale et ce qui pourrait être appelé de nos jours, du toucher thérapeutique. Mais, rapidement, elle connaît une rechute. Elle revient vers Quimby, non seulement pour continuer les traitements mais aussi pour en connaître davantage sur sa méthode. Elle passe des heures à discuter et à échanger des idées avec lui. Cependant, au fil du temps, elle conclut que la technique de Quimby repose beaucoup sur sa forte personnalité et sur sa maîtrise de l’hypnose, plutôt que sur un quelconque principe divin.

Elle donne son premier discours public à Portland pour exposer les expériences qu’elle a conduites dans le Sud.

1864

Mary donne une conférence publique. Dans une salle municipale de Warren, dans le Maine, elle parle des travaux de Quimby. Elle rejoint Patterson qui exerce ses activités à Lynn dans le Massachusetts.

1865

Elle participe activement aux activités du mouvement de tempérance à Lynn. Décès de Mark Baker.

1866

16 janvier : Quimby décède à Belfast dans le Maine.

1er février : Mary Patterson fait une chute sur un trottoir gelé à Lynn. Elle est gravement blessée.

C’est en 1866, alors qu’une chute sévère sur un trottoir gelé l’oblige à rester alitée dans un état critique, que survient un évènement décisif. Des amis, ainsi qu’un médecin homéopathe qui est appelé pour la soigner, constatent qu’aucun espoir de rétablissement n’est possible.

4 février : Mary est guérie – découverte de la Science Chrétienne.

Mary Patterson demande sa Bible et alors qu’elle lit un récit de guérison de Jésus, elle se retrouve soudainement rétablie. Mary Patterson ne peut expliquer aux autres ce qui s’est passé – mais elle sait que c’est le résultat de ce qu’elle a lu dans la Bible. Sa conviction augmente au cours des semaines et des mois qui suivent, à mesure que ses difficultés sont surmontées, apportant des preuves supplémentaires de l’efficacité de la guérison spirituelle. Plus tard, elle fera référence à ce moment comme étant celui où elle a découvert la Science Chrétienne.

Pendant l’été, Patterson la quitte. A l’automne, elle commence à écrire des commentaires sur la Genèse. Elle écrit des centaines de pages d’explications bibliques (entre 1866 et 1869) dans un manuscrit intitulé The Bible in Its Spiritual Meaning [La signification spirituelle de la Bible].

1867

Elle forme son premier élève, Hiram Crafts. Les années suivantes, Mary Baker Eddy enseigne son système de guérison à des centaines d’hommes et de femmes qui développent ensuite, avec succès, leur activité de guérison à travers les Etats-Unis et à l’étranger.

1868

Appelée à Manchester, New Hampshire, auprès de Mary Gale, qui est en train de mourir d’une pneumonie. Les docteurs présents sur place l’informent qu’il n’y a aucun espoir pour cette patiente. Elle guérit cette femme et l’un des docteurs l’exhorte à écrire un livre sur son système de guérison.

1870-1879

1870

Elle s’installe dans la région de Lynn pendant douze ans, changeant souvent de domicile. Elle donne plusieurs cours sur la Science Chrétienne et continue sa pratique de la guérison.

1872

Elle arrête d’enseigner et se consacre à écrire un livre. Le premier titre qu’elle donne à son livre est The Science of Life [La Science de la Vie].

1873

Après vingt ans de mariage, elle gagne son divorce contre Daniel Patterson pour cause d’abandon.

1875

Pendant un mois, elle tient des services du dimanche au Good Templars Hall, à Lynn. Elle officialise son désengagement de l’Église congrégationaliste de Tilton, New Hampshire. Elle publie la première édition de Science et Santé.

Son ouvrage fondamental, Science et Santé avec la Clef des Ecritures, détaille sa découverte de la Science Chrétienne et expose ses commentaires des Ecritures. Ce livre exprime l’essence des idées de Mary Baker Eddy.

Publié pour la première fois en 1875, Science et Santé s’est vendu à plus de 10 millions d’exemplaires et il est toujours un livre à succès. Le plus haut niveau de ventes annuelles de Science et Santé a été atteint en 2000-2001. Il a été cité par le Women’s National Book Association comme étant l’« un des 75 livres écrits par une femme dont les idées ont changé le monde ».

1876

Elle guérit Asa Gilbert Eddy de troubles cardiaques. Celui-ci étudie ensuite à ses côtés et devient praticien de la Science Chrétienne en l’espace de trois semaines.

1877

Elle épouse Asa Gilbert Eddy.

1878

Elle donne des sermons hebdomadaires dans l’église Tabernacle Baptist à Boston.

1879

Mary Baker Eddy et ses étudiants fondent une église.

Déçue de constater que les églises chrétiennes de son époque ne sont pas prêtes à adopter sa découverte, Mary Baker Eddy fonde sa propre église. En 1879, elle obtient une charte pour l’Eglise du Christ, Scientiste, qu’elle destine « à commémorer la parole et les œuvres de notre Maître, et à rétablir le christianisme primitif et son élément perdu de guérison ».

1880-1889

1880

Elle publie son sermon La guérison chrétienne.

Mary Baker Eddy explique comment les guérisons opérées par Jésus et ses premiers disciples sont toujours possibles aujourd’hui.

1881

Elle obtient une charte pour son Massachusetts Metaphysical College afin de donner des cours sur la guérison spirituelle. Mary Baker Eddy est ordonnée pasteur de son église.

1882

Les Eddy déménagent de Lynn à Boston. Décès d’Asa Gilbert Eddy.

1883

Elle intente un procès à Edward J. Arens pour violation de droits d’auteur et gagne le procès. Premier numéro du Journal of Christian Science (plus tard renommé The Christian Science Journal).

Une publication mensuelle qui offre notamment des articles édifiants, des témoignages de guérison chrétienne ainsi qu’un répertoire mondial des praticiens, professeurs, églises et salles de lectures de la Science Chrétienne.

Elle publie L’idée que les hommes se font de Dieu – son effet sur la santé et le christianisme.

Cette publication explore la manière dont la vie des gens est influencée par leur concept de Dieu et comment les idées spirituelles transforment leur vie.

1885

Elle répond aux critiques au Tremont Temple de Boston. Elle publie Historical Sketch of Metaphysical Healing [Aperçu historique de la guérison métaphysique] qui sera plus tard incorporé dans Rétrospection et Introspection. Elle publie Defence of Christian Science [Défense de la Science Chrétienne] (plus tard intitulé Non et Oui).

Un ouvrage qui répond à des questions profondes sur la théologie de la Science Chrétienne au regard des doctrines religieuses traditionnelles.

1887

Elle publie Rudiments et Règles de la Science divine.

Ce livre, plus tard renommé Rudiments de la Science divine, répond à la plupart des questions posées sur la Science Chrétienne et sur la manière dont elle guérit.

Mary Baker Eddy déménage au 385 Commonwealth Avenue à Boston.

Elle réside à cette adresse, située dans le quartier de Back Bay à Boston, de 1887 à 1889. De cette maison, Mary Baker Eddy supervise les activités de la Science Chrétienne, enseigne à son collège et prêche dans son église.

Cinq ans après le décès subit de son mari, Asa Gilbert Eddy, en 1882, elle achète cette maison de Commonwealth Avenue pour la somme de 40 000 dollars américains. Cette maison de grès rouge à quatre étages ainsi que son prix très élevé (l’équivalent aujourd’hui de 740 000 dollars américains) montrent clairement que Mary Baker Eddy était parvenue à une stabilité financière à l’âge de 66 ans.

A la fin de l’année 1889, Mary Baker Eddy dissout son collège et ferme son église. Elle déménage dans le New Hampshire afin de terminer une révision majeure de Science et Santé avec la Clef des Ecritures. Plus tard, elle fait don à son église de sa maison de Commonwealth Avenue afin qu’elle devienne la résidence du Premier Lecteur de L’Eglise Mère.

1888

La première salle de lecture de la Science Chrétienne ouvre à Boston. Elle publie Unity of Good and Unreality of Evil [Unité du Bien et Irréalité du mal] (plus tard intitulé Unité du Bien).

Dans ce livre, Mary Baker Eddy explique comment le fait de mieux comprendre que Dieu est totalement bon peut apporter la guérison dans la vie de chacun. Le livre est articulé autour de quinze courts chapitres qui développent des sujets tels que « L’Ego », « L’Ame », « Les profondeurs de Dieu ».

Elle adopte Ebenezer J. Foster qui devient son fils.

1889

Mary Baker Eddy s’installe à Concord dans le New Hampshire. Elle ferme le collège et dissout son église.

1890-1899

1890

Elle publie le Livret trimestriel de la Science Chrétienne – Leçons bibliques.

Cette publication trimestrielle offre des leçons bibliques hebdomadaires destinées à l’étude individuelle et aux sermons des services du dimanche dans les églises.

1891

Elle publie la très importante 50e édition de Science et Santé.

C’est la première édition dans laquelle de nombreux éléments (comme la réorganisation des chapitres, l’addition de nouveaux chapitres et l’apparition des notes marginales) sont familiers aux lecteurs actuels de ce livre.

Elle publie Rétrospection et Introspection.

Tout au long de sa vie et dans ses écrits, Mary Baker Eddy a tout fait pour éviter toute adoration personnelle. Elle pensait que les gens découvriraient qui elle était réellement et quel était son véritable but, non pas dans une biographie, mais dans ses écrits. Pour répondre à l’intérêt du public et des médias pour sa vie, Mary Baker Eddy se décida à écrire un petit livre intitulé Rétrospection et Introspection, publié pour la première fois en 1891.

Au travers de cette autobiographie spirituelle, Mary Baker Eddy expose beaucoup de ses idées. Dans Rétrospection et Introspection, son objectif est illustré avec conviction lorsqu’elle écrit : « De simples incidents historiques et des événements personnels ne sont que vanité et ne sont d’aucune importance, à moins qu’ils n’illustrent l’éthique de la Vérité. » Dans Rétrospection et Introspection, elle évoque également sa jeunesse, sa pratique de la guérison, son travail d’auteur et la publication de Science et Santé avec la Clef des Ecritures.

1892

L’Eglise du Christ (Scientiste) est réorganisée sous le nom de La Première Eglise du Christ, Scientiste. Elle emménage dans la maison de Pleasant View, à Concord, dans le New Hampshire.

1893

Elle publie Christ and Christmas [Le Christ et Noël].

Ce poème exceptionnel est accompagné de dessins de l’artiste James Gilman.

1894

Mary Baker Eddy ordonne la Bible et Science et Santé comme pasteur de L’Eglise Mère. La construction de L’Eglise Mère est achevée.

L’édifice original de L’Eglise Mère, construit en 1894, est au centre de l’ensemble que constituent tous les bâtiments de la Science Chrétienne à Boston (appelé Christian Science Plaza), et se présente aujourd’hui exactement comme lorsqu’il a été construit à l’origine. L’édifice est de style roman, construit avec du granit du New Hampshire, et ses vitraux dépeignent des événements bibliques. Mais sa capacité d’accueil de mille personnes s’est avéré rapidement insuffisante.

1895

Mary Baker Eddy ordonne la Bible et Science et Santé comme pasteur de toutes les églises filiales.

Le pasteur de l’Eglise est unique car il est constitué de deux livres, la Bible et Science et Santé avec la Clef des Ecritures, œuvre principale de Mary Baker Eddy. Les services du dimanche sont articulés autour de Leçons bibliques hebdomadaires constituées de passages tirés des deux livres. La lecture des réunions de témoignage du mercredi développe des idées qui répondent aux besoins ou aux évènements de la ville ou du monde. Après cette lecture, l’assistance est invitée à donner des témoignages de guérisons spirituelles ou des idées qui proviennent de la prière et de l’étude de la Science Chrétienne.

Elle publie Pulpit and Press [La Chaire et la Presse] et Le Manuel de L’Église Mère.

En 1894, le monde a observé, semaine après semaine, la progression de la construction de l’édifice original de L’Eglise Mère. L’achèvement de cette nouvelle église a attiré l’attention des journalistes, des personnalités publiques ainsi que des citoyens ordinaires dans toute l’Amérique et à l’étranger. Pulpit and Press [La Chaire et la Presse] détaille l’achèvement de l’Eglise et sa consécration, et rapporte la manière dont les divers médias ont largement couvert l’évènement. Il contient des extraits du service de dédicace (dont le sermon de dédicace prononcé par Mary Baker Eddy), et il reproduit plus de soixante pages d’articles de journaux et beaucoup d’autres textes.

Le Manuel de L’Eglise Mère continue de guider toutes les activités de La Première Eglise du Christ, Scientiste, telles que les cours sur la guérison par la Science Chrétienne, les conférences publiques et les services d’église. Il met en évidence ce système unique de gouvernement que Mary Baker Eddy a organisé pour son Eglise et il offre des directives sur la pratique individuelle de la guérison chrétienne.

1897

Elle publie Écrits divers 1883-1896

Mary Baker Eddy était tellement convaincue de l’importance de ce recueil qu’en 1897, elle demanda aux personnes qui étudiaient ses idées de passer l’année à le lire consciencieusement. Les articles, les allocutions, les lettres et les poèmes rassemblés dans ce livre, traitant de sujets tels que la guérison mentale, le pardon, les anges et le mariage, sont le fruit des expériences personnelles de l’auteur qui s’est efforcé de mettre son système de guérison en pratique. Ce livre contient des dizaines de récits de personnes qui ont trouvé la guérison simplement en le lisant, et Mary Baker Eddy le considérait comme une aide pour mieux comprendre Science et Santé.

Elle rompt toute relation avec Ebenezer Foster Eddy.

1898

Elle donne son dernier cours à Concord, New Hampshire, et crée le Conseil d’Instruction. Elle fonde la Société d’édition de la Science Chrétienne, le Conseil des conférences et le Comité de Publication. Elle publie Science Chrétienne contre panthéisme.

Ce message de 1898 de Mary Baker Eddy à L’Eglise du Christ, Scientiste, examine comment les croyances panthéistes n’ont aucun lien avec le concept d’un Dieu universel prenant soin de l’homme.

Premier numéro du Christian Science Weekly (plus tard renommé The Christian Science Sentinel).

Un magazine hebdomadaire offrant des articles, des éditoriaux et des témoignages de personnes ayant elles-mêmes été guéries.

1900-1910 (Jusqu’au décès de Mary Baker Eddy)

1900

Elle publie Message à L’Eglise Mère de 1900.

Ce livre inclut une discussion sur « celui qui pense et travaille avec justesse », l’obéissance à Dieu, l’amour pour l’humanité et plus encore.

1901

Elle publie Message à L’Eglise Mère de 1901.

Mary Baker Eddy s’adresse à l’Eglise au travers de sujets tels que « Christ est un et divin », « Le berceau religieux de mon enfance », et « Médecine ».

Elle écrit l’autobiographie Footprints Fadeless [Des pas durables], mais finalement décide de ne pas la publier.

Cette oeuvre originale était destinée à répondre aux attaques de Frederick W. Peabody formulées à l’encontre de Mary Baker Eddy lors d’une conférence qu’il donna à Tremont Temple à Boston. Peabody avait été l’avocat d’une ancienne élève de Mary Baker Eddy qui l’avait poursuivie en justice pour diffamation, mais sans succès. Peabody publia également une conférence, sous forme de brochure, intitulée : A Complete Expose of Eddyism or Christian Science, and The Plain Truth in Plain Terms Regarding Mary Baker G. Eddy, Founder of Christian Science [Un exposé complet du système Eddy ou Science Chrétienne et la pleine vérité en termes clairs sur Mary Baker G. Eddy, la fondatrice de la Science Chrétienne].

1902

Elle ajoute le chapitre « Les fruits de la Science Chrétienne » à Science et Santé.

En plus de l’ajout de ce chapitre, qui contient des lettres de personnes guéries en lisant Science et Santé, cette 226e édition inclut aussi une numérotation des lignes sur chaque page et la présentation des chapitres dans l’ordre que l’on connaît aujourd’hui.

Elle publie Message à L’Eglise Mère de 1902.

Une exploration profonde du premier commandement et de l’injonction de Jésus de « s’aimer les uns les autres ».

Une première traduction d’une conférence est publiée dans le Sentinel (en allemand).

1903

Le premier Héraut de la Science Chrétienne : Der Christian Science Herold est publié.

Dans sa version imprimée, le Héraut est aujourd’hui publié mensuellement en quatre langues et dix autres langues sont disponibles uniquement sur Internet. Le Héraut offre des articles et des témoignages de guérison, un répertoire des églises et des praticiens de la Science Chrétienne ainsi que d’autres informations pour chaque pays.

Elle publie des concordances [index de mots en anglais seulement] de Science et Santé.

1904

Elle crée les Organisations de la Science Chrétienne à l’Université, destinées aux étudiants de l’enseignement supérieur.

1906

L’extension de L’Eglise Mère est achevée.

L’extension, avec son large dôme, est terminée en 1906 et dispose d’une capacité d’accueil d’environ 3000 places. Le bâtiment est d’inspiration à la fois Renaissance et byzantine. L’orgue, construit par la société Aeolian-Skinner de Boston est un des plus grands du monde ; il dispose de huit gammes et il est constitué de 13 290 tubes.

1907

Les « Proches » intentent un procès aux responsables de l’église.

Ce procès, intenté « au nom » de Mary Baker Eddy, a pour but d’accuser certains responsables de l’église et d’autres personnes de faire une mauvaise utilisation des biens de Mary Baker Eddy et de la maltraiter. Cette action judiciaire est intentée par ses « Proches », constitués de George W. Glover II (son fils), George W. Baker (son neveu) et Ebenezer J. Foster Eddy (son fils adoptif). Le procès se solde par un échec de ceux qui l’ont intenté.

1908

Elle déménage à Chestnut Hill dans le Massachusetts. Elle fonde The Christian Science Monitor.

1910

Elle donne son approbation pour la première traduction de Science et Santé en allemand (publiée en 1912). Mary Baker Eddy décède à l’âge de 89 ans. Elle écrit ces derniers mots : « Dieu est ma vie ».

Mary Baker Eddy est inhumée au cimetière du Mont Auburn, à Cambridge, dans le Massachusetts. Ce cimetière, consacré en 1831, est le premier cimetière d’Amérique situé dans un parc. Le cimetière du Mont Auburn, à moins de cinq kilomètres du centre de Boston, est un parc boisé paisible, un sanctuaire pour les oiseaux et la dernière demeure pour plusieurs personnalités américaines comme Henry Wadsworth Longfellow, Winslow Homer et Fannie Farmer.

Publication de Poems [Poèmes].

« Espoir », « Les droits des femmes », et « Résolution du jour » sont quelques-uns des titres que contient ce recueil de poèmes. Il contient 48 de ses poèmes originaux, écrits dans une période allant de son enfance à l’âge adulte. Poems [Poèmes] contient plusieurs textes qui ont été imprimés dans diverses publications de son époque, et sept d’entre eux, accompagnés de leur propre mélodie, forment des cantiques (« Satisfait », « Prière du soir de « Mère » », « Pais mes brebis », « Amour », « Christ, mon refuge », « Aube de Noël », « Cantique de Communion »).

1911-1917 (Evénements notables après le décès de Mary Baker Eddy)

1913

Publication de La Première Église du Christ, Scientiste, et Miscellanées.

La première partie de ce livre rassemble une collection de messages, de sermons, de lettres, d’articles de journaux à propos de la construction et de la dédicace de l’extension de L’Eglise Mère à Boston, Massachusetts, en 1906. La seconde partie du livre contient des articles et des lettres écrits par Mary Baker Eddy au public et à des églises du Christ, Scientiste. On y traite des thèmes tels que la paix et la guerre, la personnalité, la santé, Noël, et bien d’autres encore.

1915

Publication des concordances [index de mots en anglais seulement] pour toutes les autres œuvres de Mary Baker Eddy.

1917

Publication de la traduction française de Science et Santé.

S’inscrire à notre Newsletter trimestrielle (en français)

* = Champ requis

Print Friendly, PDF & Email