Des femmes ayant marqué l’Histoire : Sue Ella Bradshaw

14 février 2019

Sue Ella Bradshaw, sans date. PA00007.17, photo fournie par La Bibliothèque Mary Baker Eddy.

En 1887, Mary Baker Eddy écrit à l’une de ses élèves en Californie qui souhaite une aide par la prière. Elle lui dit de ne pas avoir peur, mais de s’en remettre à Dieu et de prendre contact avec Sue Ella Bradshaw, qui habite à San Francisco ; elle ajoute entre parenthèses : « Elle est bien. »1

Sue Ella Bradshaw est née en 1860 dans une ferme, dans l’ouest de l’Illinois. Son père et son frère aîné sont tous deux morts quand elle avait sept ans. Après le remariage de sa mère, en 1871, elle emménage à San Jose, en Californie.

A 23 ans, elle séjourne à Philadelphie, en Pennsylvanie, où elle entend parler de la Science Chrétienne par un membre de sa famille. Elle se procure le livre de Mary Baker Eddy, Science et Santé avec la Clef des Ecritures, et le lit trois fois de suite en deux semaines. Durant l’été de la même année, elle suit le Cours Primaire avec Caroline D. Noyes, qui est l’une des élèves de Mary Baker Eddy, à Chicago. Revenue chez elle, en Californie, Sue Ella commence à prier pour des patients en tant que praticienne de la Science Chrétienne. Elle guérit son beau-père d’un cancer et rend la vue à un parent qui ne voyait plus que d’un œil.2

Pour consolider sa pratique de la Science Chrétienne, elle suit trois cours avec Mary Baker Eddy, au Massachusetts Metaphysical College, à Boston. A la fin du premier cours, en 1885, Mary Baker Eddy lui demande d’enseigner la pratique de la guérison par la Science Chrétienne.3 A la fin du deuxième cours, Mary Baker Eddy demande à plusieurs élèves, dont Sue Ella, d’ouvrir des instituts à travers le pays afin de propager l’enseignement de la Science Chrétienne.4 Sue Ella Bradshaw est la première élève à créer un institut : l’annonce de l’ouverture du California Metaphysical College paraît dans le Christian Science Journal de juillet 1886. (Dans le numéro d’août, il prend le nom de The California Metaphysical Institute. En 1905, les instituts sont fermés ; les professeurs se font alors connaître par le biais des listes de praticiens où les élèves potentiels trouvent leurs coordonnées.) Elle est la première praticienne de la Science Chrétienne de la côte Ouest des Etats-Unis, ainsi que le premier professeur de la côte Ouest à faire paraître une annonce dans le Journal.

Au début de 1887, Sue Ella écrit à Mary Baker Eddy en lui laissant entendre qu’elle pourrait quitter San Jose pour aller habiter à San Francisco, à 80 km de là. Elle explique qu’elle n’a plus peur de travailler dans une grande ville et qu’elle a le sentiment de pouvoir y être plus utile.5 « Allez à San Francisco », lui répond Mary Baker Eddy, qui lui assure que son travail ne pourra pas être stoppé si sa pratique « parle d’elle-même ».6 Dix-neuf jours plus tard, Sue Ella lui communique sa nouvelle adresse à San Francisco !7 La ville abritera son foyer et ses activités de praticienne et de professeur pendant 38 ans.

La première année est difficile. Dans une lettre, publiée dans le Journal, Mme Bradshaw décrit en partie l’opposition qu’elle rencontre en établissant la Science Chrétienne à San Francisco : « La situation semble être très inégale : nous sommes si peu nombreux face à une multitude… L’état mental de ceux qui se sont essayés depuis si longtemps à la méthode de guérison de l’entendement mortel est vraiment pitoyable. Je n’ai aucun compromis à faire, et je ne vais pas non plus jouer les hypocrites, même si je ne peux pas réussir par des moyens honnêtes. Nous n’avons pas l’intention de nous laisser réduire au silence, ni de permettre que notre travail soit interrompu, et vous entendrez encore parler de nous. »8 Mais sa détermination n’est pas sans douceur. L’une de ses élèves, qui habite avec elle, se rappellera plus tard : « Elle était toujours aimable et très généreuse, à la fois en pensée et en actes. Elle ne se plaignait jamais, ne critiquait jamais négativement, et je me souviens qu’elle ne ménageait pas ses efforts et travaillait avec amour. A cette époque pionnière, je l’ai vue sortir soir après soir, longtemps après minuit, pour répondre à la détresse de quelqu’un, mais sans jamais en parler. »9

En 1888, Mme Bradshaw suit son troisième et dernier cours avec Mary Baker Eddy. L’année suivante, elle organise et conduit des services religieux de la Science Chrétienne à San Francisco, d’abord à Covenant Hall et plus tard chez elle.10 Tout au long de ces années, Mary Baker Eddy l’encourage en lui rappelant qu’elle progresse et qu’elle peut se reposer en Dieu. « Continuez de guérir et d’enseigner, lui conseille-t-elle, et c’est Lui, non vous, qui prendra soin de vous. »11 En 1893, Mary Baker Eddy lui écrit avec affection qu’elle est l’un de ses « valeureux anciens qui ont porté l’armure, c’est-à-dire les élèves de bien des années qui ont résisté à la tempête quand la mer était déchaînée. »12

Première Eglise du Christ, Scientiste, San Francisco, sans date.

Première Eglise du Christ, Scientiste, San Francisco, sans date. Boîte 530753, Dossier 221955, photo fournie par La Bibliothèque Mary Baker Eddy.

Ces services religieux suscitent de plus en plus d’intérêt, et le salon de la maison de Sue Ella commence à se remplir. Première Eglise du Christ, Scientiste, San Francisco, s’organise en tant qu’église filiale de L’Eglise Mère en 1895, et les membres élisent Mme Bradshaw à la fois directrice et Première Lectrice.13 En 1901, cette dernière écrit ceci dans le Christian Science Sentinel : « Lorsque je considère cette fervente communauté, je me rends bien compte que Dieu a merveilleusement fait prospérer Son œuvre ici, malgré toutes ces longues années écoulées depuis nos débuts, car les travailleurs étaient peu nombreux et les obstacles multiples. »14 L’actuel édifice de Première Eglise, San Francisco, est achevé et consacré en 1919, à l’angle de California et Franklin Streets.15

Sue Ella Bradshaw poursuit son ministère de guérison à San Francisco jusqu’à sa disparition en 1925. Résumant ses réalisations, les membres de l’association de ses élèves se souviennent d’elle en ces termes :

« Notre professeur avait pour seul but de mener à bien le travail qu’elle avait entrepris, et elle doit sa réussite à son dévouement désintéressé à cette cause, à sa calme confiance dans le Principe et à sa fidélité inébranlable à ce qui est juste. Pendant quarante ans, elle a travaillé sans relâche et a obtenu des résultats impressionnants. Elle a guéri toutes sortes de maladies, et elle a éprouvé de la fierté et de la joie en voyant la croissance et le succès de l’église [filiale] qu’elle a organisée et pour laquelle elle a œuvré avec tant de dévouement… » L’un de ses élèves écrit : « Je pense à son amour comme à quelque chose d’universel, de tendre et désintéressé, l’amour du Principe et de la perfection. »16

Print Friendly, PDF & Email
  1. Mary Baker Eddy (MBE) à Julia A. D. Adams, 30 avril 1887, V01003.
  2. A Biographical Sketch of Sue Ella Bradshow [Notice biographique de Sue Ella Bradshaw] (San Francisco : California Students’ Christian Scientist Association, 1929), 1-5.
  3. MBE à Sue Ella Bradshaw (SEB), 5 février 1886, L04632.
  4. MBE à SEB, 26 mai 1886, L04634 ; MBE à SEB, 1er juin 1886, L04635.
  5. SEB à MBE, 31 janvier 1887, IC183.31.014.
  6. MBE à SEB, 10 février 1887, L04639.
  7. SEB à MBE, 1er mars 1887, 183.31.015.
  8. « Letters » [Lettres], The Christian Science Journal, août 1887, https://journal.christianscience.com/shared/view/2kt8l3v3148?s=t.
  9. A Biographical Sketch of Sue Ella Bradshaw, 12.
  10. Ibid., 17, 18.
  11. MBE à SEB, 12 mai 1891, L04644.
  12. MBE à SEB, 20 décembre 1893, L04646.
  13. A Biographical Sketch of Sue Ella Brashaw, 19.
  14. « The Work in San Francisco, Cal. » [Le travail à San Francisco, Californie], Christian Science Sentinel, 13 juin 1901, https://sentinel.christianscience.com.shared/view/98j253ycyy?s=t.
  15. « Among the Churches » [Parmi les églises], Sentinel, 3 janvier 1914, https://sentinel.christianscience.com/shared/view/2purh2atlq6?s=t.
  16. A Biographical Sketch of Sue Ella Bradshaw, 25-26.