Extraits de documents : Guider les nouveaux venus dans la pratique de la guérison chrétienne

25 février 2020

Mary Baker Eddy conseillait régulièrement ses élèves quand ils se lançaient eux-mêmes dans la pratique de la guérison. Elle le faisait de nombreuses façons différentes : par lettre, lors de conversations, à l’occasion des assemblées de l’Association de la Science Chrétienne, dans ses écrits publiés. L’un d’entre eux, George B. Wickersham, écrivit à son professeur, en mars 1885, à propos de sa pratique de la Science Chrétienne et de son désir de quitter Chicago. Mary Baker Eddy lui fit cette réponse :

J’ai été heureuse d’avoir de vos nouvelles et je suis sûre que, où que vous alliez, ce sera bien pour vous. Notre Père est présent partout, et c’est Sa présence et Son pouvoir qui guérit. Ce n’est pas le pouvoir d’un entendement sur un autre, ce n’est pas le transfert de pensées mortelles qui guérit, mais c’est la Vérité divine qui nous rend libres[.]

De la part de George B. Wickersham – 1885

Titre éditorial : George B. Wickersham à Mary Baker Eddy, 14 mars 1885
Auteur : George B. Wickersham*
Destinataire : Mary Baker Eddy
Date : 14 mars 1885
Référence : 336.45.001
Description du manuscrit : Ecrit à la main par George B. Wickersham de Chicago, Illinois.

Chicago, le 14 mars 85

Mme Eddy,
Mon cher Professeur,

Ce n’est pas par choix que j’ai négligé de vous écrire, mais parce que je faisais de la pratique, appréciant les résultats [que l’on obtient] quand on pratique votre merveilleuse Science1.

Il est vrai qu’avec d’autres j’ai eu des découragements, mais sachant dans mon cœur que la Science est tout ce que vous avez affirmé qu’elle est, et étant pleinement convaincu de sa vérité, j’ai continué dans sa pratique et aujourd’hui je suis prêt à témoigner en sa faveur.

J’ai de vos nouvelles par l’« Association »2 et par vos élèves, mais la meilleure nouvelle que j’ai reçue vient de ce qui m’a été rapporté par le bouche-à-oreille concernant les propos que vous avez tenus à mon ami M. Wamsley**, que vous avez si gentiment reçu chez vous à Boston, et dont je traite la fille – ladite fille étant invalide depuis plusieurs années. Vos propos enjoués et encourageants m’ont donné beaucoup d’espoir et j’en suis très reconnaissant. Et cher Professeur, je serais heureux que vous m’envoyiez, quand bon vous semblera, un mot de soutien ou d’encouragement.

J’envisage de quitter Chicago, j’ai le sentiment de pouvoir peut-être mieux m’en sortir financièrement, car j’ai eu d’assez lourdes dépenses l’année dernière. Je ne profiterai pas de l’« Association » ni de l’aide mutuelle de ses membres, mais les circonstances semblent l’exiger. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire le dernier Journal, et je vous remercie personnellement pour votre article qui répondait à – ou plutôt qui faisait « l’apologie de la “Science Chrétienne” »***.

Sincèrement vôtre dans notre science bien-aimée,
G. B. Wickersham*

Réponse de Mary Baker Eddy – 1885

Titre éditorial : Mary Baker Eddy à George B. Wickersham, 19 mars 1885
Auteur : Mary Baker Eddy
Destinataire : George B. Wickersham*
Date : 19 mars 1885
Référence : L07907
Description du manuscrit : Manuscrit de Mary Baker Eddy sur papier à lettre ligné à en-tête du Massachusetts Metaphysical College.

Boston, le 19 mars 1885

Mon cher élève,

Votre faveur m’est bien parvenue, j’ai été heureuse d’avoir de vos nouvelles et je suis sûre que, où que vous alliez, ce sera bien pour vous. Notre Père est présent partout, et c’est Sa présence et Son pouvoir qui guérit. Ce n’est pas le pouvoir d’un entendement sur un autre, ce n’est pas le transfert de pensées mortelles qui guérit, mais c’est la Vérité divine qui nous rend libres[.]

Puissent toutes les bénédictions vous accompagner, et les manifestations de la Vérité et de l’Amour devenir plus éclatantes jusqu’au milieu du jour3.

Sincèrement vôtre,
M. B. G. Eddy

J’ajoute à cette lettre que si vous voulez avoir le plus grand succès, faites connaître le livre Science et Santé[,] tous ceux qui le font connaissent le succès[.] Mettez-le entre les mains de chaque patient[.] Souvenez-vous de cela et s’ils chimicalisent4 en le lisant, traitez-les pour cela et traitez-les pour l’erreur qui en est la cause, mais traitez-les aussi pour qu’ils continuent de lire, et vous constaterez que le livre seul les guérira.

M B G E

* Notice biographique de George B. Wickersham

George B. Wickersham (1850-1915) est né à West Liberty, dans l’Ohio, et il est mort à Denver, dans le Colorado. Cet élève de Mary Baker Eddy a suivi le Cours Primaire (1884), le Cours Normal (1886) et le Cours d’Obstétrique (1887). Il est devenu membre de l’Association scientiste chrétienne et de l’Eglise du Christ (Scientiste) en 1886 et, en avril 1893, de La Première Eglise du Christ, Scientiste. En 1887, il a créé la Denver Acedemy of Christian Science, et il a enseigné et pratiqué à Denver. Par la suite, il est devenu praticien et professeur inscrit dans le répertoire du Christian Science Journal, activitées qu’il a exercé jusqu’à son décès.

** Notice biographique de James Walmsley

James Walmsley (1835-1904) est né à Manchester, en Angleterre, et il est mort à Chicago, dans l’Illinois. Représentant de commerce basé à Chicago, il s’est rendu à Boston où il a rencontré Mary Baker Eddy au début de 1885. A cette époque, sa fille, Nellie, était une patiente de George B. Wickersham, élève de Mary Baker Eddy.

*** « Defence of Christian Science »

« Defence of Christian Science » [Apologie de la Science Chrétienne] fut publié sous forme d’article dans le numéro de mars 1885 du Christian Science Journal (pages 1-4) puis réimprimé sous forme de brochure le même mois. (Voir document 334A.45.026 pour lire un reçu de l’imprimeur.) C’était une réponse à plusieurs attaques d’ecclésiastiques qui affirmaient que la Science Chrétienne n’était pas chrétienne, et plus particulièrement à une lettre du révérend A. J. Gordon, lue par le révérend même lors d’une conférence, le 23 février 1885, à Tremont Temple, à Boston. Le document A10373 est une ébauche de « Defence of Christian Science ». Outre la publication de la brochure, Mary Baker Eddy défendit en personne ses idées, plus brièvement, lors de l’une des conférences de Cook à Tremont Temple, le 16 mars 1885. Un sténographe enregistra les propos qu’elle aurait tenus à cette occasion, et on peut en lire la version qui fut publiée dans le numéro d’avril 1885 du Journal sous le titre « A Strong Reply » [Une réponse puissante], ainsi que dans les pages 95-98 d’Ecrits divers, dans un article intitulé « La Science Chrétienne à Tremont Temple ». « Defence of Christian Science » a été révisé et augmenté par la suite dans un livre intitulé Non et Oui, qui couvre les mêmes sujets, mais certaines des critiques plus spécifiques à 1885 y ont été supprimées.


Documents originaux annotés sur le site Internet « Documents Mary Baker Eddy » (site en anglais uniquement) :


Les « Documents Mary Baker Eddy » sont le fruit d’un travail important réalisé par la Bibliothèque Mary Baker Eddy pour annoter et publier au format numérique la correspondance, les sermons et autres documents manuscrits de Mary Baker Eddy.

Print Friendly, PDF & Email
  1. Science Chrétienne.
  2. Il s’agit d’une référence soit à l’Association de la Science Chrétienne de Boston soit à l’association filiale à Chicago. C’était la propre Association des élèves de Mary Baker Eddy qu’elle avait organisée le 4 juillet 1876. Elle fut officialisée par des statuts l’année suivante.
  3. Prov. 4:18. Le sentier du juste est comme la lumière resplendissante, dont l’éclat va croissant jusqu’au milieu du jour.
  4. « Chimicalisation » et « chimicaliser » sont des termes utilisés par Mary Baker Eddy pour décrire une recrudescence temporaire des symptômes ou processus de « fermentation » à mesure que les erreurs de divers types sont détruites.