Extraits de documents : L’attention portée par les pasteurs à la Science Chrétienne

5 novembre 2021

James Henry Wiggin

James Henry Wiggin, n.d., P01807

Lorsque Mary Baker Eddy prend la parole à Tremont Temple, à Boston, le 16 mars 1885, c’est pour répondre aux attaques des pasteurs Joseph Cook et A. J. Gordon, qui s’en sont pris à la Science Chrétienne dans des conférences, des sermons et des articles de presse. Son discours est publié plus tard dans la brochure « Defence of Christian Science » [Apologie de la Science Chrétienne]*.

Si Cook et Gordon ont une opinion négative sur la Science Chrétienne, nous avons récemment publié quelques lettres adressées à Mary Baker Eddy en 1885 par d’autres ecclésiastiques qui lui disent combien ils apprécient ses enseignements, sans pour autant s’être convertis à sa religion.

Mary Baker Eddy invite les responsables d’autres confessions à étudier la Science Chrétienne en offrant aux membres du clergé de suivre gratuitement son Cours Primaire. Dans une lettre à Mary Baker Eddy datée du 11 avril, le pasteur unitarien J. W. Winkley** lui rappelle son offre : « Je suis très intéressé par ce sujet, toujours davantage en fait, c’est pourquoi je désire profiter de votre offre dès que vous le jugerez bon. »

Francis Partridge***, un prêtre anglican, adresse à Mary Baker Eddy une lettre datée du 21 septembre, dans laquelle il dit du livre, Science et Santé, qu’il est « une sorte de Révélation ». Il poursuit : « Je n’ai pas l’intention de pratiquer la Science comme une profession, étant fort heureusement bien occupé actuellement par les devoirs attachés à ma fonction et à ma paroisse. Mais j’aimerais en savoir plus sur ce que le monde, me semble-t-il, attend depuis l’époque de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ. »

Egalement en 1885, James Henry Wiggin****, ancien pasteur unitarien, est engagé par Mary Baker Eddy en tant que correcteur. Il participe plus particulièrement à la révision de la 16e et de la 50e édition de Science et Santé. Leur collaboration montre un peu plus la variété des interactions entre les responsables de différentes confessions et la Science Chrétienne. Nul doute que nous en trouverons d’autres preuves en poursuivant ce travail de transcription et d’annotation de la correspondance de Mary Baker Eddy.


Titre éditorial : J. W. Winkley à Mary Baker Eddy, le 11 avril 1885

Auteur : J. W. Winkley
Destinataire : Mary Baker Eddy
Date : 11 avril 1885
Référence : 590.60.002
Description du manuscrit : Ecrit à la main par J. W. Winkley sur papier à lettre ligné, à Revere, Massachusetts.

Boston, le 11 avril 1885
Mme M. B. G. Eddy
Chère Madame,

Vous vous souviendrez de votre aimable invitation1 à suivre votre prochain cours de Science métaphysique.2

Je suis très intéressé par ce sujet, toujours davantage en fait, c’est pourquoi je désire profiter de votre offre dès que vous le jugerez bon

Vous avez probablement déjà l’adresse de mon ami et parent M. Sanborn*****. Je pense qu’il ferait une précieuse recrue dans les rangs des amis de la Science,3 comme vous le penseriez vous-même, je suis sûr

Veuillez croire à ma profonde estime
Très sincèrement vôtre
J. W. Winkley
Pasteur de l’Eglise unitarienne
REVERE
Massachusetts


Titre éditorial : Francis Partridge à Mary Baker Eddy, le 21 septembre 1886

Auteur : Francis Partridge
Destinataire : Mary Baker Eddy
Date : 21 septembre 1886
Référence : 700B.82.016
Description du manuscrit : Ecrit à la main par Francis Partridge sur papier à lettre ligné du diocèse de la Nouvelle-Ecosse, service du secrétaire clérical, Halifax, Nouvelle-Ecosse.

(Episcopat)
Halifax, Nouvelle-Ecosse, le 21 septembre 1886
Mme Mary B. G. Eddy C.S.
Chère Madame,

J’ai rencontré Mademoiselle Joséphine Lytes C.S. à Halifax, et elle m’a remis votre livre « Science et Santé », livre qui est pour moi une sorte de Révélation. J’ai également eu plusieurs discussions avec elle.

J’ai l’intention de venir à Boston, en partant d’ici aux alentours du 2 octobre. Je me ferai le plaisir de vous rendre visite à mon arrivée. Je conduis ma petite fille à l’école. Je vous écris maintenant pour m’assurer (comme un certain nombre d’ecclésiastiques sont admis gratuitement à vos conférences) si je puis également y venir. Je n’ai pas l’intention de pratiquer la Science4 comme profession, étant fort heureusement bien occupé actuellement par les devoirs attachés à ma fonction et à ma paroisse. Mais j’aimerais en savoir plus sur ce que le monde, me semble-t-il, attend depuis l’époque de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ.

Je demeure, chère Madame,
vôtre dans la foi du Christ.
F. Partridge D.D.
Recteur de Saint-George

P.S. Puis-je avoir un bon aperçu de votre système5 en une quinzaine de jours ? J‘en suis un apôtre que j’assiste ou non à vos cours dans votre College.6


Note : Dans un souci de clarification, les documents ont subi des modifications mineures discrètes portant sur l’orthographe ou sur des insertions ; les passages supprimés sont biffés dans le texte ; certaines erreurs sont indiquées par : [sic] ; les ajouts de ponctuation figurent entre crochets. Pour voir les lettres originales numérisées, cliquer ici et ici. La transcription originale en anglais est proposée en deux versions : la version originale et la version finale avec les modifications apportées.

*« Defence of Christian Science » [Apologie de la Science Chrétienne]
« Defence of Christian Science » fut publié sous forme d’article dans le numéro de mars 1885 du Christian Science Journal (pages 1-4) puis réimprimé sous forme de brochure le même mois. (Voir document 334A.45.026 pour lire un reçu de l’imprimeur.) C’était une réponse à plusieurs attaques d’ecclésiastiques qui affirmaient que la Science Chrétienne n’était pas chrétienne, et plus particulièrement à une lettre du révérend A. J. Gordon, lue par le révérend même lors d’une conférence, le 23 février 1885, à Tremont Temple, à Boston. Le document A10373 est une ébauche de « Defence of Christian Science ». Outre la publication de la brochure, Mary Baker Eddy défendit en personne ses idées, plus brièvement, lors de l’une des conférences de Cook à Tremont Temple, le 16 mars 1885. Un sténographe enregistra les propos qu’elle aurait tenus à cette occasion, et on peut en lire la version qui fut publiée dans le numéro d’avril 1885 du Journal sous le titre « A Strong Reply » [Une réponse puissante], ainsi que dans les pages 95-98 d’Ecrits divers 1883-1896, dans un article intitulé « La Science Chrétienne à Tremont Temple ». « Defence of Christian Science » a été révisé et augmenté par la suite dans un livre intitulé Non et Oui, qui couvre les mêmes sujets, mais certaines des critiques plus spécifiques à 1885 y ont été supprimées.
**J. W. Winkley

J. W. (Jonathan Wingate) Winkley (1833-1912) naît à Barrington, New Hampshire, et meurt à Boston, Massachusetts. Ce pasteur unitarien diplômé de Harvard Divinity School (1868) suit le Cours Primaire avec Mary Baker Eddy en avril 1885. Il devient membre de l’Association scientiste chrétienne en mai 1885 et donne plusieurs sermons lors des services de l’Eglise du Christ (Scientiste) à Hawthorne Rooms. En mars 1886, il démissionne de l’Association scientiste chrétienne de Mary Baker Eddy pour devenir membre de l’Association des élèves de Luther M. Marston. Après avoir quitté le mouvement de la Science Chrétienne, Winkley étudie la médecine au College of Physicians and Surgeons [Faculté des physiciens et des chirurgiens] à Boston, et obtient son diplôme en 1894. Winkley passe le restant de sa vie à Boston, pratiquant la médecine et rédigeant un magazine sur la Nouvelle Pensée, le Practical Ideal.

***Francis Partridge

Francis Partridge (1846-1906) naît à Dursley, Gloucestershire, Angleterre, et meurt à Fredericton, Nouveau-Brunswick, Canada. Ce prêtre anglican exerce son ministère dans l’Ontario et dans les provinces Maritimes du Canada. Il poursuit ses études à la faculté théologique des missionnaires de Saint-Augustin à Canterbury, en Angleterre, et émigre au Canada peu de temps après, en 1868. Il est ordonné en 1870 et accepte son premier poste de recteur en 1872 à Rothesay, Nouveau-Brunswick. En 1882, il est nommé recteur de l’église Saint-George, à Halifax, en Nouvelle-Ecosse. Durant son rectorat, il écrit à Mary Baker Eddy, après avoir lu Science et Santé avec la Clef des Ecritures, pour lui demander l’autorisation d’assister à ses « conférences » lors de sa prochaine visite à Boston. Il n’existe aucun document établissant qu’il ait suivi un cours avec elle. En 1895, il est nommé doyen de Fredericton, poste qu’il conservera jusqu’à sa mort.

****James Henry Wiggin
James Henry Wiggin (1836-1900), ancien pasteur unitarien, est le correcteur et conseiller littéraire de Mary Baker Eddy et, pour une courte période, le rédacteur en chef du mensuel Christian Science Journal qu’elle a fondé en 1883. Il l’aide dans la révision de certaines éditions de Science et Santé avec la Clef des Ecritures, et plus particulièrement la 16e et la 50e édition.
*****Franklin Benjamin Sanborn

F. B. (Franklin Benjamin) Sanborn (1831-1917) naît à Hampton falls, New Hampshire, et meurt à Westfield, New Jersey. Ce rédacteur en chef, auteur et réformateur social est surnommé le « Sage de Concord » dans les années qui suivent la mort de Ralph Waldo Emerson. Diplômé de l’université d’Harvard (1855), il enseigne dans un établissement scolaire à Concord, Massachusetts, avant de faire carrière dans le monde de la presse. Il est rédacteur en chef du Commonwealth (1863-1867) et du Journal of Social Science (1867-1897), et correspondant pour le Sprinfgield Republican (1868-1914). Il écrit également une biographie de A. Bronson Alcott, de Ralph Waldo Emerson et d’Henry David Thoreau. En tant que réformateur, il participe aux activités de l’American Social Science Association [Association américaine des sciences sociales], de la National Prison Association [Association nationale des prisons], de la National Conference of Charities [Conference nationale des associations caritatives], de la Clarke School for the Deaf [l’Ecole Clarke pour les aveugles] (Northampton, Massachusetts) et de la Concord School of Philosophy [l’Ecole de philosophie de Concord].

Documents originaux annotés sur le site Internet « Documents Mary Baker Eddy » (site en anglais uniquement) :


Les « Documents Mary Baker Eddy » sont le fruit d’un travail important réalisé par la Bibliothèque Mary Baker Eddy pour annoter et publier au format numérique la correspondance, les sermons et autres documents manuscrits de Mary Baker Eddy.


Ce blog est aussi disponible sur nos sites en allemandanglaisespagnol et portugais.

Print Friendly, PDF & Email
  1. Cette invitation n’est plus valable ; mais Mary Baker Eddy a bien invité des ecclésiastiques à suivre ses cours gratuitement, dans la limite des places disponibles, et c’est certainement d’une telle offre qu’il s’agit ici.
  2. Science Chrétienne.
  3. Science Chrétienne.
  4. Science Chrétienne.
  5. Science Chrétienne.
  6. Le Massachusetts Metaphysical College était une institution fondée par Mary Baker Eddy pour enseigner la Science Chrétienne, son système de guérison théologique et métaphysique. Sa charte fut rédigée en 1880 et officiellement publiée le 31 janvier 1881.