La visite de Nelson Mandela au siège du Monitor

7 février 2022

-

Nelson Mandela visite la Christian Science Plaza, 24 juin 1990. Peter Main. © The Christian Science Monitor. Archives de l’Eglise, boîte 49371.

Ce dimanche matin du 24 juin 1990 s’annonce tranquille au siège du Christian Science Monitor, à Boston… jusqu’à ce qu’arrive une surprise à laquelle nul ne s’attendait. Alors qu’elle se trouve sur la Christian Science Plaza, l’assistante de rédaction Faye Bowers aperçoit Nelson Mandela, entouré de ses gardes du corps et des personnes qui l’accompagnent dans sa visite. « Attendez ici », se souvient-elle lui avoir demandé.1

Mandela a été libéré de prison tout récemment, le 11 février.2 Peu de temps après, il commence une tournée mondiale afin de collecter des fonds pour son pays, prévoyant un séjour de douze jours dans huit villes américaines, dont Boston. Le samedi 23 juin est marqué par un concert et un rassemblement, pendant six heures, en présence du sénateur Edward M. Kennedy, sur l’esplanade de la Charles River, dans Boston.3 Le lendemain matin, il longe le miroir d’eau de La Première Eglise du Christ, Scientiste (L’Eglise Mère).4

Nelson Mandela addresses a group of reporters at The Christian Science Monitor

Nelson Mandela s’adresse à un groupe de journalistes et de collaborateurs du Christian Science Monitor, 24 juin 1990. Peter Main. © The Christian Science Monitor. Archives de l’Eglise, boîte 49371.

Faye Bowers court alerter ses collègues du Monitor, et le rédacteur en chef Richard Cattani s’empresse de rejoindre Mandela.5 Il accompagne le futur président de l’Afrique du Sud dans sa visite de L’Eglise Mère ; il est encore tôt, le service religieux du dimanche matin n’a pas encore commencé. Il offre également à Mandela un exemplaire de Science et Santé avec la Clef des Ecritures de Mary Baker Eddy.

Nelson Mandela walking alongside the reflecting pool on the Christian Science Plaza

Nelson Mandela longe le miroir d’eau sur la Christian Science Plaza à Boston, 24 juin 1990. Peter Main. © The Christian Science Monitor. Archives de l’Eglise, boîte 543656, dossier 521097.

Mandela parle aux gens du Monitor, leur serre la main et les remercie pour leur travail. « C’était un moment vraiment spécial », déclarera Richard Cattani par la suite. « Nous avions le sentiment de poursuivre une même mission, un même objectif. »6

Ce jour-là, le phototographe du Monitor Peter Main prend des dizaines de photos, en couleur et en noir et blanc. Elles sont conservées dans les archives de la Bibliothèque.

Mandela a été une figure marquante dans la lutte anti-apartheid pour l’égalité raciale en Afrique du Sud. Trente ans plus tôt, en mars 1960, la police blanche sud-africaine avait ouvert le feu sur des milliers de manifestants noirs dans le township de Sharpeville, faisant 69 morts et plus de 200 blessés.7 De nombreuses manifestations avaient suivi le massacre de Sharpeville. Le gouvernement sud-africain blanc avait alors interdit les partis sud-africains noirs, dont le Congrès national africain (ANC), et avait harcelé ou emprisonné leurs dirigeants.8 Selon Robert E. White, collaborateur du Monitor, « Sharpeville a convaincu les dirigeants de l’ANC que la lutte armée doit accompagner et renforcer les manifestations pacifiques. La branche militaire de l’ANC, appelée “Fer de lance de la nation”, se lance dans des attaques punitives contre des cibles comme les postes de police et les lignes électriques. »9

L’implication de Mandela dans l’action de l’ANC et de son bras armé conduisent à son arrestation en 1962.10 Il est emprisonné pendant 27 ans.

Nelson Mandela and Richard Cattani

Nelson Mandela et Richard Cattani (rédacteur en chef du Christian Science Monitor), 24 juin 1990. Peter Main. © The Christian Science Monitor. Archives de l’Eglise, Boîte 543656, Dossier 521097.

Qu’est-ce qui a incité Mandela à faire cette visite imprévue ? Selon un bulletin du Monitor, il aurait déclaré ceci : « Il fallait que je vois l’intérieur de l’Eglise qui a eu un tel impact sur le peuple d’Afrique noire. » Durant sa conversation avec les journalistes du Monitor, il aurait dit de ce journal qu’il représente « l’une des plus importantes voix couvrant les événement en Afrique du Sud », et « il aurait expliqué que c’est l’une des publications qu’il avait pu lire en prison ». Il s’est également montré « reconnaissant de l’impartialité et de l’honnêteté du journal » et « il a déclaré en substance que le Monitor offre le genre de couverture qui élève l’esprit, et apporte aux gens une vision du monde qui leur donne des raisons d’espérer ».11 « J’ai beaucoup lu le Christian Science Monitor durant mes 27 années de captivité », leur a-t-il dit. « Ce journal continue de me donner espoir et confiance dans l’avenir du monde. »12

Quand Mandela meurt en 2013, Faye Bowers se souvient de sa visite : « Quel homme merveilleux, courageux, bienveillant, humble ; il a su défendre ses convictions et a eu une grande influence dans le monde ! Je suis heureuse de l’avoir vu de près, heureuse qu’il soit venu à Boston. »13 Les photographies de sa visite, ainsi que les récits des journalistes du Monitor, jettent un éclairage intéressant sur un personnage clé de l’histoire du 20e siècle.


Ce blog est aussi disponible sur nos sites en allemand, anglais, espagnol et portugais.

Print Friendly, PDF & Email
  1. « Monitor writers celebrate “unique” moments » [Les journalistes du Monitor célèbrent des moments « uniques »], The Christian Science Monitor, 26 mars 2009, https://www.csmonitor.com/The-Culture/2009/0326/monitor-writers-celebrate-unique-moments.
  2. John Battersby, « Mandela Release: Watershed for South Africa » [Libération de Mandela : un tournant pour l’Afrique du Sud], The Christian Science Monitor, 12 février 1990, 1.
  3. John Kifner, « The Mandela Visit; Education Is Mighty Force, Boston Teen-Agers Are Told » [Visite de Mandela : L’éducation est une force puissante, message aux adolescents de Boston], The New York Times, 24 juin 1990, 21 ; Catherine Foster, « A Rousing Party for African Hero » [Une joyeuse fête en l’honneur d’un héros africain], The Christian Science Monitor, 25 juin 1990, 18.
  4. « Monitor writers celebrate “unique” moments ».
  5. Ibid.
  6. « Nelson Mandela Visits Home of the Monitor » [Nelson Mandela visite le siège du Monitor], Monitor Month, juillet 1990, 1.
  7. Nancy L. Clark et William H. Worger, South Africa: The Rise and fall of apartheid [Afrique du Sud : La montée et la chute de l’apartheid], 3e éd. (New York: Routledge, 2016), 65.
  8. A. Levine et J. J. Stremalud, International Encyclopedia of the Social & Behavioral Sciences [Encyclopédie internationale des Sciences sociales et comportementales], « Apartheid » (Amsterdam; New York : Elsevier, 2001), 577.
  9. Robert E. White, « South Africa: adding bite to US bark » [Afrique du Sud : Un peu plus de mordant dans l’attitude américaine], The Christian Science Monitor, 30 décembre 1985, 12.
  10. « Nelson Mandela: CIA tip-off led to 1962 Durban arrest » [Nelson Mandela : Une information de la CIA conduit à son arrestation à Durban, en 1962], BBC Africa, 15 mai 2016, https://www.bbc.com/news/world-africa-36296551.
  11. « Nelson Mandela Visits Home of the Monitor », Monitor Month, juillet 1990, 1.
  12. John Yemma, « Nelson Mandela at the Monitor: A memorable visitor on a quiet Sunday » [Nelson Mandela au Monitor : Une visite mémorable lors d’un dimanche tranquille], The Christian Science Monitor, 6 décembre 2013.
  13. Alia Malek, « If you were there, you remember Mandela’s 1990 tour of the US » [Si vous étiez là, vous vous souvenez de la tournée américaine de Mandela en 1990], Aljazeera America, 12 décembre 2013.