Un petit cahier raconte une grande histoire

10 novembre 2020

Photo du cahier de l’Association Scientiste Chrétienne, LSC025 02.15.02.

En 1875, neuf élèves de Mary Baker Eddy créèrent une organisation non officielle. Ils étaient parmi les premiers à avoir suivi son cours pour apprendre à pratiquer la Science Chrétienne. Ils consignèrent leurs noms dans un petit cahier, à présent dans nos archives, dans lequel ils gardaient également trace du paiement des cotisations.

Le 4 juillet 1876, date de la célébration du centenaire des Etats-Unis, Mary Baker Eddy officialisa cette organisation sous le nom d’Association Scientiste Chrétienne (CSA).1 Au moment de sa dissolution, 14 ans plus tard, la CSA avait exercé une influence durable dans l’organisation et dans l’administration du mouvement de la Science Chrétienne, contribuant à la création des prémisses de l’Eglise, de la première salle de lecture de la Science Chrétienne à Boston, et de ce qui allait devenir un jour la Société d’édition de la Science Chrétienne.

Mary Baker Eddy enseignait régulièrement des élèves depuis 1870, deux ans avant de commencer la rédaction du livre d’étude de la Science Chrétienne, qu’elle appela Science et Santé.2 A cette époque, la croissance de la Science Chrétienne dépendait largement des relations individuelles entres personnes ; elle ne reposait sur aucune structure administrative ni aucune organisation d’église officielle. Bien qu’elle fût avant tout une organisation des élèves de Mary Baker Eddy, la CSA assuma d’autres responsabilités. Fait important, lors d’une réunion tenue le 12 avril 1879, dans la maison de Mary Baker Eddy à Lynn, dans le Massachusetts, les membres de la CSA votèrent l’organisation de la première église de la Science Chrétienne.3 Au cours du mois d’août qui suivit, le Commonwealth du Massachusetts délivra une charte à cette église sous le nom d’Eglise du Christ (Scientiste).4

Durant les années 1880, la CSA continua de soutenir la croissance de la Science Chrétienne, pour une grande part en contribuant à jeter les bases de son activité d’édition. Les membres répondaient également à l’intérêt croissant que suscitait dans le public Mary Baker Eddy et la nouvelle religion qu’elle avait fondée.

Le 31 janvier 1883, la CSA établit l’ancêtre de la Société d’édition de la Science Chrétienne (CSPS), sous le nom de Christian Scientists’ Publishing Company [Maison d’édition des scientistes chrétiens].5 Mary Baker Eddy en assurait la supervision, mais le rôle joué par la CSA dans l’établissement d’organismes comme celui-ci est un bon exemple de la diversité des personnes ayant contribué à la croissance de la Science Chrétienne.

Une autre responsabilité dévolue à la CSA fut la gestion d’une salle de lecture de la Science Chrétienne. Celle-ci fut d’abord située dans les chambres 209 et 210 de l’Hôtel Boylston, puis à l’angle de la rue Boylston et de la rue Tremont, dans le quartier des théâtres de Boston.6 Comme les salles de lecture de la Science Chrétienne aujourd’hui, il s’agissait d’une activité tournée vers le public, d’un lieu où l’on vendait les écrits de Mary Baker Eddy et les autres publications de la Science Chrétienne, où l’on répondait aux questions des gens du quartier, et qui offrait à tous un espace de lecture.7

Rent receipt

Durant les deux premières années d’existence de la salle de lecture de la Science Chrétienne dans l’Hôtel Boylston, les quittances de loyer ressemblaient à cette première quittance payée en novembre 1888.

La CSA ou une personne agissant en son nom (en général le trésorier, et en l’occurrence Mary W. Munroe) payait à Calvin A. Frye la location des chambres. Il s’agissait très certainement du remboursement du travail qu’il avait fait, en tant que secrétaire de Mary Baker Eddy, pour fournir ces locaux. Par la suite, la CSA loua les locaux directement à l’Hôtel Boylston. La CSA notait dans d’autres registres la liste des fournitures achetées par l’organisation à la CSPS et celle des ventes de la salle de lecture. Ces registres montrent comment la CSA a facilité la diffusion de la compréhension [de la Science Chrétienne] et de la guérison. Ils nous permettent de comprendre de quelle façon la Science Chrétienne a commencé à se faire connaître du grand public.

Au fur et à mesure de la croissance du mouvement de la Science Chrétienne, les élèves de Mary Baker Eddy qui avaient suivi son Cours Normal au Massachusetts Metaphysical College devinrent professeurs de Science Chrétienne. Le nombre de scientistes chrétiens qui n’avaient pas suivi le cours avec elle, mais qui montraient néanmoins un intérêt pour s’organiser, était en augmentation. D’où la création de l’Association Nationale des Scientistes Chrétiens (NCSA) en janvier 1886. Outre les élèves de Mary Baker Eddy, tous ceux qui étudiaient la Science Chrétienne pouvaient en devenir membres.8 Ses propres élèves étaient de plus en plus nombreux à enseigner de nouvelles classes en dehors de l’Etat du Massachusetts, créant un nouveau modèle d’enseignement qui s’étendait bien au-delà de la Nouvelle-Angleterre.

L’une des grandes responsabilités de la NCSA a été d’accorder des chartes aux associations d’élèves. Ces groupes fonctionnaient comme des organisations filiales de scientistes chrétiens, rassemblés autour d’un professeur particulier.9 Ces petites associations affiliées permettaient à tous les élèves d’un même professeur de rester unifiés, de poursuivre leur instruction et de rester en contact après avoir suivi le cours. Ces associations filiales envoyaient un rapport annuel à la NCSA sur leurs activités et sur leurs membres. Elles envoyaient également des représentants aux assemblées annuelles,10 qui avaient lieu dans différentes villes : à Boston en 1886 et 1887, à Chicago en 1888, à Cleveland en 1889 et à New York en 1890. Il était ainsi plus facile pour les élèves qui vivaient plus à l’ouest de rester en contact avec leurs amis scientistes chrétiens.11

Application for Charter — Chicago

Demande pour obtenir la charte de l’Association filiale des élèves de Caroline D. Noyes, de Chicago (Association no 16).

L’une de ces associations d’élèves scientistes chrétiens fut organisée autour des élèves de Caroline D. Noyes. Originaire du Maine, celle-ci se rendit à Chicago en 1883 pour contribuer au développement de la Science Chrétienne dans le Midwest. Elle devint professeure qualifiée de Science Chrétienne en 1885. Elle dirigea en même temps l’Institut Scientiste Chrétien de l’Illinois et contribua à l’organisation de la première filiale de l’Eglise du Christ (Scientiste) à Chicago.12 La demande de Mme Noyes pour constituer une association filiale était la seizième du genre, et l’une des première dans le Midwest.13

Au fil du temps, la Science Chrétienne acquit la dimension d’une religion internationale, avec de plus en plus d’églises dans le monde. Cela incita Mary Baker Eddy à réorganiser la structure de l’Eglise. Elle établit La Première Eglise du Christ, Scientiste, et fit construire une maison d’édition. La CSA devint une organisation informelle en 188914 et cessa de gérer la salle de lecture de Boston en 1894.15 La NCSA fut dissoute en 1893, après avoir réuni ses membres pour la première fois en trois ans, lors du Parlement mondial des religions, à l’occasion de l’Exposition universelle de Chicago.16 Jusqu’à la fin de la procédure de dissolution, la NCSA continua d’approuver l’attribution de chartes aux associations filiales. Mais finalement ces organisations acquirent une plus grande indépendance jusqu’à leur transformation en associations scientistes chrétiennes d’élèves, telles qu’elles existent aujourd’hui.

La CSA et la NCSA présentaient des différences marquées par rapport à la structure organisationnelle actuelle du mouvement de la Science Chrétienne. Cependant, elles ont accompli un travail important, essentiel, qui a évolué au fil du temps. Elles ont ouvert la voie à bon nombre d’activités qui soutiennent la mission de l’Eglise du Christ, Scientiste, aujourd’hui.

La Bibliothèque Mary Baker Eddy vous invite à explorer les premières années de la Science Chrétienne ; vous y trouverez des outils de recherche concernant les premières archives de documents organisationnels du Fonds Mary Baker Eddy et des collections spéciales de la Bibliothèque, comme les Archives de l’Association Scientiste Chrétienne (LSC025) et les Archives de l’Association Nationale des Scientistes Chrétiens (LSC026).

Print Friendly, PDF & Email
  1. Registre de l’Association Scientiste Chrétienne, vol. 1, n.d., EOR10, 1.
  2. « A chronology of Events Surrounding the Life of Mary Baker Eddy » [Chronologie d’événements jalonnant la vie de Mary Baker Eddy], La Bibliothèque Mary Baker Eddy, 10 décembre 2018, https://www.marybakereddylibrary.org/wp-content/uploads/2018/12/Mary_Baker_Eddy_Detailed_Annotated_Chronology_2018-12-10.pdf, 11-12, 13.
  3. Procès-verbaux des réunions de l’Association Scientiste Chrétienne, vol. 1, 12 avril 1879, EOR10, 69.
  4. Registre de l’Eglise du Christ, Scientiste, 23 août 1879, EOR13, 89.
  5. Procès-verbaux des réunions de l’Association Scientiste Chrétienne, vol. 1, 17 janvier 1883, EOR10, 189-190.
  6. « A New Home » [Une nouvelle adresse], The Christian Science Journal, septembre 1888, 317.
  7. Pour plus de détails [en anglais] sur l’histoire des salles de lecture de la Science Chrétienne, voir sous la rubrique « Ask a Researcher » l’article Christian Science Reading Rooms 1887–1910 [Salles de lecture de la Science Chrétienne 1887-1910].
  8. « A National Association » [Une Association nationale], Journal, février 1886, 209-210.
  9. Procès-verbaux des réunions de l’Association Nationale des Scientistes Chrétiens, n.d., EOR31, v.
  10. Ibid., x-xi.
  11. « A Chronology of Events Surrounding the Life of Mary Baker Eddy » [Chronologie des événements jalonnant la vie de Mary Baker Eddy], 10 décembre 2018, https://www.marybakereddylibrary.org/wp-content/uploads/2018/12/Mary_Baker_Eddy_Detailed_Annotated_Chronology_2018-12-10.pdf, 31.
  12. https://www.marybakereddylibrary.org/research/women-of-history-caroline-noyes/.
  13. « Students Christian Scientist Association » [Association Scientiste Chrétienne des Elèves], n.d. LSC026.
  14. « Editor’s Note Book » [Cahier du rédacteur], Journal, décembre 1889, 459.
  15. Procès-verbaux des réunions de l’Association Scientiste Chrétienne, 30 juillet 1894, LSC025.
  16. « Christian Science at the World’s Religious Congress » [La Science Chrétienne au Congrès religieux mondial], Journal, novembre 1893, 337-346.